Comment redynamiser les centres-villes français ?

Dans le but de soutenir les démarches volontaristes déjà menées par le gouvernement, une fédération du commerce spécialisé vient de publier le palmarès 2019 des centres-villes les plus dynamiques en France. Il vise à récompenser les villes ayant adopté les meilleures pratiques pour faire face à la désertification de leurs rues commerçantes depuis quelques années.

La désertification des centres-villes, un phénomène qui prend de l’ampleur

Selon une fédération du commerce spécialisé qui rassemble plus de 300 marques, les centres-villes français doivent faire face à un véritable enjeu : ils voient leurs rues principales se vider d’année en année.

Les chiffres sont sans appel. D’une part, le taux de vacance des boutiques augmente. Si en 2012, ce taux était de 7,2 % ; en 2018, il a franchi la barre des 11 %. Un tiers des centres-villes seulement ont désormais réussi à maintenir ce taux en dessous de 10 %, alors qu’une ville sur deux parvenait à le faire en 2015. Pire encore, le taux de fréquentation des boutiques ouvertes ne cesse de baisser d’environ 5 % par an, et ce, depuis 5 ans.

Cette situation est le résultat de plusieurs facteurs comme la « déconsommation », la recrudescence des concurrents e-commerces qui desservent les villes comme Strasbourg, Paris, Lyon, etc. Sans oublier l’implantation des grandes enseignes commerciales en périphérie ou encore l’adoption des politiques urbaines qui rendent difficile l’accès au cœur des villes.

Force est également de constater que les manifestations des Gilets jaunes ne font qu’accentuer le problème. Certaines villes ont été fortement affectées par les manifestations depuis mi-novembre 2018. Bien que ces événements soient trop récents pour pouvoir définir exactement leurs conséquences, nul ne peut nier qu’ils ont fragilisé les commerces de certains centres-villes. À titre d’exemple, ces manifestations ont touché 550 commerces parisiens, lesquels ont vu diminuer leur chiffre d’affaires de 30 % à 40 %, selon la Chambre de commerce.

Des solutions existent-elles ?

Oui, et de nombreuses collectivités territoriales ont déjà engagé des initiatives pour pallier le problème de désertification des centres-villes. Ces actions ont été soutenues par l’État qui a par exemple investi un montant de 5 milliards d’euros dans le plan « Action cœur de ville ». Ce fonds cible 222 communes qui se sont engagées à mettre en œuvre de bonnes pratiques pour redynamiser les centres-villes.
Et même si le plan n’est pas encore totalement opérationnel, de nombreuses villes l’ont déjà adopté pour sortir rapidement de la période de turbulences.

Parmi les actions engagées, on cite :
• La nomination de managers de centre-ville,
• La création d’événements pour attirer davantage du monde,
• La facilitation des accès,
• La modernisation de l’immobilier de commerce,
• La promotion des métiers de bouche et des halles gourmandes dans les centres-villes,
• etc.

Pour le palmarès de la fédération du commerce spécialisé, les villes ont été étudiées selon certains critères comme le taux de vacance commerciale, le dynamisme économique et démographique, le taux de fréquentation des magasins, etc. Parmi les villes méritantes, on retrouve Clermont-Ferrand, Strasbourg et Lyon Presqu’Île dans la catégorie « métropole ». On compte également Annecy et Quimper dans la catégorie « meilleures évolutions » et Amiens, laquelle s’est hissée en tête dans la catégorie « meilleur centre-ville » pour les grandes villes moyennes.