Richard Vainopoulos : « Jean-Pierre Mas aurait-il abusé du Doliprane ? »

Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du Voyage, a pris une position sur la responsabilité de plein droit des professionnels du tourisme. Suite à cela, le président du réseau TourCom, Richard Vainopoulos a réagi dans une tribune.

Richard Vainopoulos, blessé…

Richard Vainopoulos, le président de TourCom, pense que les Entreprises du Voyage et son président Jean-Pierre Mas ont commis une erreur considérable après les nouvelles proclamations de ce dernier.

Dans le cadre d’un voyage forfaitaire, il s’est constamment battu, depuis 20 ans, seul contre tous, pour l’obtention de la responsabilité partagée des agents de voyage. Il ajoute que ce n’est pas le ministre qui est à condamner. 1994 est l’année de parution du décret Demessine.

Le texte évoquant une figure de traçabilité favorisant le consommateur, responsabilise le commerçant aux yeux de la loi et toutes les instances dirigeantes se sont attachées au décret.

Un combat acharné mené depuis des années

Il s’est battu pendant 20 ans pour trois responsabilités à savoir les transporteurs notamment aériens pour leurs services, le Tour Opérateur pour ses produits et le commerçant pour l’information et la vente. Au niveau des instances, tous ont contesté, EdV, APST, Seto et Snav. Le président de TourCom est soutenu par les commissaires européens, mais abandonné par les fonctionnaires de Bercy qui respectent les sollicitations de ses instances.

Donc, ce sont les responsables des instances, y compris les secrétariats généraux, sauf la nouvelle présidente de l’APST Alix Philipon (elle n’était pas encore sur le dossier), qui sont à condamner, mais pas le ministre. Le texte permet de mettre les fournisseurs en garantie et les procès contre ces derniers en faute sont en faveur de TourCom et de son président.

Richard Vainopoulos clôture son propos en souhaitant au SNAV de prendre officiellement position sur le sujet afin que les choses soient claires.

Selon lui, il est nécessaire de bien faire la communication et tout expliquer lorsqu’on veut. D’où sa sollicitation sur le Doliprane, car il parait que le président des Entreprises du Voyage l’a omis.